Choisir entre un SCPI de rendement ou un SCPI de fiscalité

AccueilFinance immoChoisir entre un SCPI...

OPCI ou SPCI, que choisir ?

Investir dans le domaine de l’immobilier nécessite une bonne...

Qu’est ce qu’un conseiller en gestion de patrimoine ?

La gestion d’un patrimoine financier ou professionnel est une...

Pierre papier : qu’est ce que c’est ?

La pierre-papier fait partie des formes d’investissements les plus...

Comment obtenir un prêt immobilier ?

Parfois, l’on a des projets sans avoir les fonds...

Pourquoi passer par un courtier immobilier ?

Vous souhaitez obtenir un bien immobilier et ne savez...

Comment réussir son investissement immobilier ?

Vous avez besoin d’un patrimoine sûr et durable ?...

SCPI assurance vie : Qu’est-ce qu’une SCPI ?

Il est très difficile aujourd'hui pour la plupart des...

Loi Sapin : ce que vous devez savoir si cette nouvelle loi

Avez-vous déjà entendu parler de la loi Sapin ?...

Il y a deux sortes de sociétés civiles qui vous offrent l’opportunité de faire des placements immobiliers. La première est la SCPI de rendement et la deuxième est la SCPI fiscale. L’une investie dans l’immobilier professionnel, elle est donc à la recherche des performances, tandis que la deuxième investie dans l’immobilier résidentiel et propose comme bonus, une des réductions fiscales.

Pour choisir entre ces deux sociétés, il faut d’abord déterminer ses objectifs : est-ce que vous voulez avoir des revenus mensuels réguliers ou est-ce que vous cherchez à diminuer les taxes sur votre investissement ?

Quelle est la différence entre la SCPI de rendement et la SCPI fiscale ?

La SCPI de rendement est la société qui domine le marché immobilier. Ses actifs sont constitués principalement de :

  • Magasin et bureaux.
  • De locaux d’activité.
  • Des entrepôts.
  • Des maisons de retraites.
  • Des résidences hôtelière.
  • Des résidences étudiantes.
  • Des centres d’affaires.

Leur objectif principal est d’offrir un revenu régulier aux investisseurs.

Tandis que les SCPI fiscales sont beaucoup plus confidentielles. Elles sont principalement constituées des immobiliers destinés à l’habitation. Les SCPI fiscales sont adossées aux lois de défiscalisation qui permettent de réduire les impôts sur les investissements immobiliers, qui s’étalent sur plusieurs années.

Voici les principales SCPI de réduction d’impôts :

  • La SCPI Pinel qui permet de réduire les impôts sur l’immobilier neuf et l’immobilier destiné à la réhabilitation / rénovation. Les biens immobiliers doivent cependant être situés dans les régions qui sont éligibles à cette loi.
  • La SCPI Malraux qui concerne l’immobilier ancien destiné à la rénovation. Les biens immobiliers doivent être dans ce cas situés dans des secteurs anciens.
  • La SCPI déficit foncier qui investit dans l’immobilier en cours de construction ou l’immobilier avec travaux.

Quelle SCPI choisir

Quelle SCPI choisir ?

Si vous voulez diversifier vos placements, on vous conseille de vous tourner vers les SCPI de rendement. Elles vous offrent l’opportunité de placer votre argent dans l’immobilier à but locatif, et ainsi, assurer des revenus mensuels réguliers. Donc, si vous souhaitez un investissement sur le long terme, les SCPI à rendement locatif sont la meilleure option.

Maintenant, pour les SCPI fiscales, elles sont plutôt conseillées pour un but de défiscalisation. Certes, elles sont beaucoup moins performantes que les SCPI de rendement , mais elles vous permettent des réductions fiscales importantes, ce qui augmente de façon significative leur rentabilité.

Par contre, il faut savoir que les parts acquis par les investisseurs avec les SCPI fiscales, doivent impérativement être acquises pendant une durée déterminée selon le dispositif immobilier choisi (par exemple, si l’investisseur a choisi d’investir dans l’immobilier neuf avec la loi Pinel, il sera obligé de garder son bien pendant, 6 ans, 9 ans ou alors 12 ans, pour des taux de réductions variables : 12 %, 18 % et 21 % ). Une fois que cette durée soit expirée, l’investisseur pourra alors revendre son bien immobilier. Dans le cas contraire (si l’investisseur revend avant la durée exigée), il devra payer toutes les fiscalités calculées, sans le dispositif en question.

Article précédentOPCI ou SPCI, que choisir ?